lundi 8 septembre 2014

L'explosion de l’horloge biologique

Nous y voilà. Il est 5 heures du matin, Oui, merci, tout va bien. Nous sommes à San Francisco, tout au moins pas loin, à Pacifica pour être précis.
Rien à dire, journée technique. Partis dimanche matin à 6 heures d'Ermont, près de Paris pour un embarquement à 10 heures à Roissy. 11 heures de vol, dans un A 380 s'il vous plait et nous reposions les pieds sur le sol de San Francisco. Plus de 500 personnes qui débarquent, je vous laisse imaginer le temps réclamé par les démarches aéroportuaires... 


Un peu plus tard à  la concession Harley Davidson, ce fut pire, une seule personne quasiment pour s'occuper de préparer une dizaine de motos.Du coup, on ne peut rien faire et on file sur Pacifica pour réserver les chambres. Il est 18 heures, , se doucher, se préparer pour la soirée, oh, vite expédiée, dans un resto sur la côte, à un bon kilomètre de l'hôtel et que l'on a fait à pied. 









A 22 heures on était au lit. Il était alors à Paris, 8 heures du matin.
Voilà, donc pourquoi, il est 5 heures.
Le Pacifique s'éveille...

Dans 2 heures, direction le sud.

4 commentaires: